Jeu Casino Légal

Accueil | Paris Légaux Belgique | Poker Légal Belgique | Casino légal Belgique

Belgique : les citoyens ne se précipitent pas vers les casinos en ligne malgré le confinement

Posté par Jimmy le 2020-04-22

C’est dans le tempérament des Belges d’être prudents. Et ce sont les casinos en ligne qui en font les frais ! En effet, tandis que les activités des casinos terrestres ont été mises à l’arrêt suite au confinement promulgué le 17 mars dernier, les sites de jeux en ligne ne parviennent pas à en profiter… Il faut dire que les Belges n’ont pas le cœur à s’amuser aux jeux de hasard 

 

Belgique : en dépit du confinement, les sites de jeu en ligne n’ont pas la cote

 

 « L’année est foutue ! » se plaint Tom De Clercq, administrateur adjoint de Napoleon Games, firme qui gère et exploite quelques vingt-cinq salles de jeux de hasard ainsi que deux casinos terrestres à Middelkerke et à Knokke. En effet, l’impact de la pandémie de coronavirus sur les activités de l’opérateur est sans pareil. Il faut dire que depuis l’entrée en vigueur du confinement, tous les cercles de jeux du pays ont été mis à l’arrêt. Mais Napoleon Games n’est pas le seul dans ce cas-là. Gaming One, la branche la plus importante du groupe Ardent, en fait également les frais.

 

Selon Emmanuel Mewissen, le PDG de Gaming One, le plus regrettable est que les jeux de casino en ligne ne permettent pas de pallier le manque à gagner des casinos terrestres belges. « Le clic ne compense pas la fermeture des briques », explique le président d’une société qui est majoritairement active dans le secteur des jeux de hasard en ligne. « En temps normal, les jeux de casino en ligne représentent 65 % de notre chiffre d’affaires. Mais à cause du Covid-19, la dégringolade est marquante », tente-t-il d’expliquer.

 

L’arrêt des compétitions sportives et la prudence des joueurs belges 

 

Le groupe Gaming One, connu pour sa marque de jeux de hasard Circus, assure également un grand nombre de paris sportifs en ligne. Malheureusement, il n’y a plus aucun événement sportif en Belgique depuis plus d’un mois, ce qui n’arrange bien entendu les affaires de personne. « Il faut ajouter à cela que les Belges sont prudents de nature. Les temps sont incertains, donc ils jouent moins, c’est logique », explique Emmanuel Mewissen avec une touche de regret dans la voix.

 

Selon ce dernier, l’impact du coronavirus sur le chiffre d’affaire de l’entreprise sera au moins de 50 %. « À partir de 10 % à 15 % de baisse du chiffre d’affaires, nous ne réalisons plus aucune marge. Il n’y a rien que l’on puisse contrôler à ce jour. Si malgré la vie à la maison, les joueurs belges n’ont pas la tête à parier, on ne peut rien y faire, il faut l’accepter », conclue un Emmanuel Mewissen amer.